Jo Goldenberg - 7, rue des Rosiers

De l’attentat qui fit neuf victimes en août 82, il reste quelques traces. Deux ou trois impacts de balles dans la vitrine entre les bouteilles. Des coupures de presse sur la façade. Mais surtout de très mauvais souvenirs dans la tête de la famille Goldenberg. De ces traumatismes qui s’effacent difficilement avec le temps.

 
  Informations et commentaires à infos@chroniques-nomades.org
Copyright 1997-2002 - Chroniques Nomades